22 octobre 2012

Une histoire de zizi

Évidemment, fallait s'y attendre: mon retour ici débute avec une histoire de zizi. De petit zizi, pour préciser. Tout petit, petit, petit. Celui de Bébé fiston, à vrai dire.

C'est que, voyez-vous, passer du genre féminin au genre masculin pour le changement de couches, ça a quelque de déstabilisant. La gestuelle maintes fois répétées pour Bébé fille ne s'applique pas pour Bébé fiston. Certes, dans un cas comme dans l'autre, il faut bien nettoyer les petites fesses (trop mignonnes, en passant), mais là s'arrêtent les ressemblances.

Quand on opère un changement de couches au féminin, les manipulations sont, somme toute, assez simples: un coup de débarbouillette dans le pli des cuisses, un autre pour les fesses et un dernier pour l'appareil. Les surprises sont rares et facilement contrôlables. Si un pipi rusé se faufile pendant que la couche est détachée, il se contente de couler sur celle-ci, gravité oblige. On a qu'à refermer rapidement la couche et attendre. Rien de bien rocambolesque.

Par contre, quand le changement de couches se masculinise, là, on a droit à de belles anecdotes savoureuses. D'abord, le nettoyage s'apprend de façon assidue. Les fesses y passent, le pli des cuisses aussi, mais l'aventure commence réellement quand vient le temps de nettoyer les cachettes. Il faut soulever (le paquet), tirer doucement, plier à gauche, plier à droite, soulever encore. Tout ça, avec un léger mouvement circulaire qui doit s'effectuer avec un poignet souple, tel un chef d'orchestre.

Avec un garçon sur la table à langer, les surprises sont nombreuses et éclaboussantes. Même tout petit, petit, petit, les garçons rêvent d'être pompier. Ainsi, armés de leur zizi en guise de boyau, ils tentent d'éteindre des feux imaginaires sur le mur ou votre chandail, c'est selon.

Cependant, la plus grande surprise, c'est celle dont je vais vous parler à l'instant. J'en suis encore subjuguée. Après plusieurs mois d'apprentissage et d'adaptation aux changements de couches de Bébé fiston, je croyais avoir tout vu.

Que neni.

Rien ne m'avait préparé à ça.

La première érection de mon fils.

Devant ce petit bout de peau dressé droit dans les airs et le sourire presque fier de Bébé fiston (han maman, t'as vu comme il est gros mon zizi), j'ai gloussé comme une gamine.

La morale de cette histoire: un pénis en érection, aussi petit soit-il, provoque l'hilarité chez une maman qui, faute de temps, voit rarement ce genre de choses, même à plus grande échelle.

4 commentaires:

  1. QUE NENI!
    (juste l'utilisation de l'expression me fait glousser de rire.

    ça m'fait penser.
    dernièrement, la chose était dans l'bain. et il me fixait avec un regard louche. donc je lui demande : «ça va, amour?».
    il sourit et me dit : «gros pénis maman».

    duh.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éli, je suis fière de toi. Un homme se doit toujours de démontrer à la femme qui est devant lui que SON pénis est le plus gros. :)

      Supprimer
  2. J'avoue qu'ici on était 2 hilares devant cette première érection.

    Par contre, je suis propriétaire moi-même d'un petit garçon, c'est mon premier. J'ai changé quelques couches de petites filles et, mis à part les dégâts d'apprenti pompier, je trouve plus facile de nettoyer un petit garçon. Y'a moins de cachettes dans les milliers de plis et replis partout...

    Par ici, on s'est fait arrosé plusieurs fois, mais c'est par l'autre trou que le pire est arrivé. Caca de bébé allaité en jet sur les murs, le plancher, dans le tiroir, pyjama, table à langer, nommez les...

    Le plus spectaculaire, c'était un caca de ce genre + le pompier et ensuite l'érection. Évidemment, en plein milieu de la nuit. ''Ouais, tu peux bien être fier de ton coup, garçon!''

    Audrey

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. WOW! Audrey, tout ça dans la même nuit? C'est digne des histoires à la Bizz :)

      Supprimer