26 janvier 2012

La maternité est un sport dangereux

Devenir maman met à l'épreuve chaque parcelle de notre corps, le moindre petit muscle, tous nos organes vitaux. Nous, mères, sommes des athlètes de haut niveau puisque nous entrons dans la compétition avec un bien maigre échauffement (les conseils et trucs des autres qui se contredisent au bout du compte) et réussissons malgré tout à relever le défi.

Il faut d'abord effectuer le plongeon, celui de non-retour, dont le signal de départ est marqué par la croix rose qui apparait sur le test de grossesse. On met ensuite à l'épreuve nos nerfs, notre dos, notre vessie, nos jambes, notre estomac et notre estime de soi à mesure que le ventre grossit et qu'apparaissent les vergetures. L'accouchement est une épreuve courte, mais ô combien rude et percutante. Notre entrejambe jure de se venger, le bas de notre dos se laisse malmener comme une poule mouillée, nous crions, pleurons, jurons, poussons jusqu'à ce que nos yeux s'exhorbitent. C'est le lancer du poids: le bébé.

Dès lors, notre coeur aura la vie dure jusqu'à ce qu'il cesse de battre. S'il ne s'emballe pas à la moindre irrégularité de la respiration de bébé, il s'affole quand celui-ci est malade ou bat à un rythme endiablé chaque fois qu'on pense au bonheur qui nous habite. Plus bébé grandit, plus le coeur palpite, trébuche, s'emporte; du premier sourire au jour du mariage, en passant par les premiers pas et les premiers chagrins.

Chaque jour nous attend avec ses épreuves d'haltérophilie: soulever bébé, transporter le siège d'auto, monter/démonter la poussette, installer les enfants dans le panier d'épicerie, trimballer le panier de linges sales pour les brassées quotidiennes, prendre bébé d'une main et préparer le souper de l'autre, sortir bébé de la voiture, pousser la porte d'un magasin, remettre bébé dans la voiture, recommencer au magasin d'ensuite, prendre au sol, déposer, prendre au sol, déposer, prendre au sol, déposer.

Jogging, course à obstacles et sprint sont des sports que nous pratiquons quotidiennement. Courir au-devant de bébé qui a réussi à ouvrir l'armoire aux couteaux malgré la serrure. Jogger derrière bébé qui s'est sauvé du bain et refuse de s'habiller. Se presser de rejoindre l'enfant qui tousse dans sa chambre en évitant les jouets qui jonchent le sol. Sprinter à en avoir mal aux jambes en voyant le ballon rouler dans la rue. Pratiquer la marche rapide quand il y a des courses à faire, que bébé n'en a pas envie et qu'il pleure en morvant.

Le saut en parachute, le deltaplane et le bungee nous apparaisse terne en émotions quand on les compare à l'adrénaline qui nous envahie quand bébé se blesse. Notre coeur chavire au premier maman, nos tripes se tortillent face au danger, notre estomac se noue au premier jour de garderie.

Chaque jour est un défi que l'on relève du mieux qu'on peut.

Non.

Chaque jour est un défi que l'on relève avec brio.

Pour cela, chères mamans, je nous décerne toutes les médailles d'or du monde.

11 commentaires:

  1. Alors, si je fais tout cela moi aussi... Pourquoi je ne perds pas de poids !!!!!

    Encore un beau texte ! Tu ajoutes toujours un sourire à mon visage quand je le lis :-)

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'allais écrire les deux MÊMES commentaires! ;o)

      Merci pour la médaille d'or; je vais l'accrocher quelque part dans ma tête et la regarder quand je suis découragée! :o)

      Supprimer
    2. Je me demande moi aussi comment ça se fait que je ne maigris pas! Où est ce corps d'athlète tant rêvé?
      @Anne: Très heureuse de te faire sourire! On en a parfois besoin quand la nuit a été longue!
      @Cathoux: Oui, conserve bien cette médaille d'or. Tu en auras bien besoin avec Bébé 4!

      Supprimer
  2. Ton titre aurait pu aussi être: Hommage à celles qui dealent bien avec la maternité!

    Bravo, tu fais un portrait assez complet de tout ce que nous pouvons assumer et effectuer...maudit qu'on est bonnes !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mets-en qu'on est bonnes! J'imagine que d'autres disciplines s'ajoutent plus les enfants grandissent, je m'en suis tenue à ma propre expérience!

      Supprimer
  3. on devrait ajouter : "et le tout, avec le sourire (et des cernes)."

    je t'aime, p'tite femme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, han, le sourire y est pas toujours, mais les cernes, oui :)
      Je t'aime aussi plus petite femme!

      Supprimer
  4. Comme toujours, juste à point! J'aime! Bravo à nous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. BRAVO à nous toutes! (Pardon pour les papas, vous méritez sûrement des médailles aussi, mais je m'en suis tenue aux mamans)

      Supprimer